ad

Exercice physique : le jus de betterave a-t-il un intérêt ?

Dernière mise à jour: mars 2015 | 6695 visites
nb-sport-lopen-170-01.jpg

news Beaucoup de sportifs sont convaincus que le fait de boire du jus de betterave avant l’entraînement ou la compétition améliore les performances. Correct ?

La betterave (comme la laitue ou les épinards) est naturellement riche en nitrates, que l’organisme va transformer en monoxyde d’azote (oxyde nitrique), dont l’une des propriétés est de provoquer un relâchement des vaisseaux sanguins, avec un effet de dilatation et un accroissement du débit sanguin. Et à partir de là, une meilleure oxygénation des cellules.

Un bénéfice en phase de récupération ?


Des chercheurs américains (université d’Etat de Pennsylvanie) se sont penchés sur ce processus. Ils ont constitué un groupe d’adultes jeunes, sans problème de santé et en bonne condition physique. Au menu : soit un jus exempt de nitrates, soit du jus de betterave. Ensuite, les participants ont réalisé un exercice sollicitant le bras. La réaction de l’artère brachiale (qui conduit le sang vers l’avant-bras) a été évaluée, et il s’avère que le débit sanguin n’est pas amélioré, alors qu’on ne constate pas d’effet significatif sur la vasodilatation (dilatation de l’artère). Pourtant, d’autres études avaient abouti à des résultats contraires.

Les coordinateurs de celle-ci ajoutent une donnée qui pourrait peut-être expliquer (en partie) cela. En effet, des mesures effectuées trois heures après l’exercice montrent un effet « retardé » : en fait, le bénéfice (qui reste modeste) se manifesterait non pas pendant l’effort, mais en phase de récupération.

Les auteurs ajoutent deux éléments. D’abord, ces tests ont été réalisés sur des volontaires jeunes, et les résultats pourraient être (très) différents chez des adultes plus âgés et/ou confrontés à des soucis de santé (pensons notamment à l’hypertension). Ensuite, l’exercice pratiqué ici était d’une intensité modérée, et on peut donc se demander si en cas d’effort beaucoup plus important, l’organisme ne réagirait pas différemment à l’apport de nitrates. Le débat n’est donc pas tranché, et finalement, si le sportif se sent plus en forme avec son jus de betterave, c’est ce qui compte.

Source: Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme (www.nrcresearchpress.com/jo)
publié le : 25/03/2015
ad
pub