L'enfant et le vélo : les conseils de sécurité

Dernière mise à jour: août 2015
Dans cet article
L'enfant et le vélo : les conseils de sécurité

dossier Votre enfant se déplace beaucoup à vélo ? C'est une excellente chose, tant la pratique de la bicyclette est à la fois saine, bon marché et écologique. Attention cependant à respecter certaines règles de sécurité.

Repérer ensemble les pièges

Il est utile de parcourir une première fois avec l'enfant le trajet qu'il devra ensuite emprunter seul (pour aller à l'école, au club de sport...). Cela permettra d'attirer son attention sur les pièges auxquels il risque d'être confronté : un carrefour délicat à aborder, un panneau de signalisation peu visible, des pavés dangereux sur une portion de route... Idéalement, ce repérage sera réalisé en roulant à vélo à ses côtés et en s'arrêtant si nécessaire. S'il s'agit d'un trajet qu'il effectuera à heures régulières (aller et retour de l'école, par exemple), procédez à ce repérage durant ces moments-là.

Qu'emporte-t-il avec lui ?

En portant un cartable ou un sac trop lourd, l'enfant aura bien plus de difficultés à garder l'équilibre sur son vélo. Il est donc nécessaire qu'il se déplace aussi légèrement que possible. Tout ce qui est superflu doit rester à la maison. Pour ce qui est des cahiers, des livres ou des équipements sportifs, peut-être peut-il les laisser (du moins en partie) dans un casier à l'école ou dans une armoire au club de sport.

En tout cas, le cartable ou le sac devront être portés sur le dos ou attaché au porte-bagages, et pas sur l'épaule ou en bandoulière, puisque cela augmente le risque de déséquilibre.

Voir et être vu

Il faut bien expliquer à l'enfant que voir et être vu, ce n'est pas du tout la même chose : ce n'est pas parce qu'il voit une voiture approcher que le conducteur du véhicule l'a forcément vu à son tour. Il est donc indispensable de redoubler de prudence dans ces situations, même à faible vitesse (lorsqu'une voiture procède à des manoeuvres de stationnement ou de sortie d'un parking, par exemple).

Bien entendu, les accessoires renforçant la visibilité sont essentiels, avec en tête de liste les bandes réfléchissantes (sur le cartable, sur la veste, sur le casque...) et les catadioptres.

Limiter les risques

• Le phare doit toujours être allumé quand les circonstances l'exigent : météo pluvieuse, faible luminosité...

Ne pas écouter de la musique en roulant à vélo : d'abord parce que l'enfant n'entend plus les signaux d'alerte (coup de klaxon...) et ensuite parce qu'il risque d'être distrait.

• Pas question de parler au GSM tout en roulant !

• L'enfant doit quitter le domicile bien à temps. S'il est en retard, cela va le rendre nerveux, il aura tendance à se précipiter, à faire moins attention sur la route, ce qui va dès lors l'exposer au danger.

Le déplacement en groupe exige une attention particulière, pour plusieurs raisons. L'envie de parler avec les autres, de rigoler, de s'amuser, se traduit par une moindre attention portée au trafic. Sur un autre plan, le groupe donne un faux sentiment de sécurité, d'autant que chacun peut penser que l'autre surveille les conditions de circulation et préviendra en cas de danger. Ce report de responsabilité affecte la vigilance individuelle. Il faut donc convaincre l'enfant que même à plusieurs, il doit rester le seul maître de sa sécurité.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.