Lupus : les symptômes et les facteurs de risque

Dernière mise à jour: avril 2015 | 12234 visites
lupusday1.jpg

news Le lupus érythémateux (appelé communément lupus) est une maladie auto-immune, qui se manifeste lorsque le système immunitaire s’attaque aux tissus conjonctifs. Quels en sont les formes, les causes et les symptômes ?

Il peut concerner de très nombreuses parties du corps. C’est la raison pour laquelle on parle de lupus disséminé ou systémique. Le plus fréquent est le lupus érythémateux. Il peut se traduire par une grande variété de symptômes aussi différents que des poussées de fièvre inexpliquées, des douleurs et un gonflement des articulations et des troubles de la vision. On distingue différentes formes, chroniques, aiguës voire subaiguës.

Le lupus érythémateux cutané aigu (LEA ou LECA) est caractérisé par son aspect œdémateux ou squameux. Dans la forme localisée, il concerne principalement les joues et le nez, appelé alors masque du loup (lupus en latin) ou ailes de papillon. Il peut s'étendre sur le front, les orbites, le cou et le décolleté.

Le lupus érythémateux (cutané) subaigu (LES ou LECS) se manifeste d'abord par des lésions maculeuses érythémateuses ou papuleuses évoluant souvent vers une forme annulaire.

Le lupus érythémateux chronique (LEC) regroupe le lupus discoïde, le lupus tumidus, le lupus à type d'engelures (lupus pernio) et la panniculite (lupus profond).

Le lupus peut affecter n'importe qui. Les femmes en âge de procréer sont cependant les plus concernées (80 à 90% des cas). Sa prévalence est d'environ 40 cas pour 100.000 personnes. Elle est cinq fois plus élevée chez les personnes à la peau noire. Le nombre de patients diagnostiqués est en constante augmentation.

Les causes du lupus restent inconnues. Des facteurs génétiques, environnementaux et hormonaux jouent certainement un rôle. La maladie n'est pas contagieuse. Si un proche au premier degré en est atteint, la probabilité d'en être affecté augmente considérablement.

Parmi les facteurs déclenchants, on mentionne le stress, le surmenage, l'exposition au soleil, certaines infections virales et la grossesse.

Les symptômes


Les plaintes varient fortement d'un individu à un autre. Voici un aperçu, par ordre décroissant de fréquence.

• dans 90 % des cas : fatigue, arthrite, douleurs articulaires
• dans 80 % des cas : de la fièvre
• dans 70 % des cas : perte de cheveux, anémie, ganglions gonflés
• dans 60 % des cas : manque d'appétit, perte de poids, éruption cutanée (masque du loup)
• dans 50 % des cas : inflammation de la membrane pulmonaire, cardiaque, abdominale, atteinte rénale, troubles de la personnalité
• dans 40% des cas : hypersensibilité aux ultraviolets, au soleil, à la lumière, infections bactériennes
• dans 30 % des cas : ulcérations des muqueuses (aphtes), douleurs musculaires, myosite, plaintes gastro-intestinales, hypertension, hypertrophie hépatique, pneumonie
• dans 20 % des cas : maladie de Raynaud, lupus discoïde (affection de la peau avec lésions de forme circulaire), inflammation oculaire, syndrome de Sjögren, insuffisance rénale, crises d'épilepsie, atteinte des artères coronaires.
• dans 10 % des cas : oedème ou formation de cloques sur la peau, lésions cérébrales ou de la moelle épinière, migraine, destruction auto-immune des globules rouges, faible taux de plaquettes


publié le : 10/05/2014 , mis à jour le 27/04/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci