ad

Crise cardiaque : attention aux autres symptômes que la douleur

Dernière mise à jour: mars 2018 | 5309 visites
123-p-vr-hart-aanval-pijn-170-12.jpg

news L’absence de douleur thoracique ne peut pas permettre d’exclure un infarctus, et ceci est particulièrement vrai chez les femmes jeunes.

Cette mise en garde a déjà été avancée par d’autres spécialistes. En fait, cette étude confirme que les patients (et les médecins aussi d’ailleurs) doivent prêter attention à tous les symptômes qui peuvent évoquer la crise cardiaque et donc ne pas « se braquer » sur la douleur, qui demeure évidemment un signe crucial dans de nombreux cas.

« Lorsqu’on pense à l’infarctus du myocarde, nous devons nous départir de l’image de l’homme d’âge mûr qui s’agrippe la poitrine », explique cette cardiologue de l’université McGill (Montréal), coordinatrice d’une étude réalisée auprès d’un millier de patients d’âge jeune hospitalisés en urgence à la suite d’un syndrome coronarien aigu (réduction brutale de l’apport sanguin vers le cœur en raison d’une obstruction artérielle).

Des symptômes typiques, d'autres moins


L’examen des dossiers médicaux montre que par rapport aux hommes, les femmes, et en particulier celles âgées de moins de 55 ans, sont beaucoup moins susceptibles de signaler une douleur thoracique, sachant que cela ne change rien à la gravité de l’événement cardiaque. Dans tous les cas, hommes et femmes confondus, et quel que soit l’âge, il est important d’être attentif aux signaux d’alarme :

• la douleur soudaine (qui reste une indication majeure, bien sûr) à la poitrine ou ailleurs (mâchoire, bras gauche)
• des nausées ou des vomissements
• des difficultés respiratoires
• une transpiration abondante

A ceci on peut ajouter des douleurs abdominales, des palpitations, des vertiges, une sensation de fatigue inhabituelle, de l’anxiété…

Certains symptômes sont qualifiés de « typiques », d’autres surviennent moins fréquemment. En tout état de cause, le doute doit inciter à contacter immédiatement un médecin, car tout se joue en très peu de temps.

Source: JAMA Internal Medicine (http://archinte.jamanetwork)
publié le : 08/12/2013 , mis à jour le 12/03/2018
ad
pub