ad

En aidant les autres, on protège ses artères

Dernière mise à jour: août 2015 | 3707 visites
123-help-vrijwilliger-170-8.jpg

news Les activités bénévoles aident ceux qui en bénéficient, mais aussi ceux qui les pratiquent. Il en va ainsi de leur pression artérielle.

Le bénévolat participe au bien-être psychologique, et donc également physique. Cette observation a été mise en évidence par une équipe de l’université Carnegie-Mellon (Pittsburgh), qui a réuni un groupe d’un millier de personnes d'âge mûr. A l’entame, toutes affichaient une tension artérielle satisfaisante. Des entretiens individuels ont permis de déterminer le profil des participants, et en particulier leurs activités bénévoles (de quelque nature que ce soit, mais au moins deux cents heures annuellement).

Quatre ans plus tard, les chercheurs ont procédé à de nouvelles mesures, et il s’avère que les bénévoles s’exposent à un risque diminué de 40% de souffrir d’hypertension. Comme l’explique l’un des spécialistes, « le bénévolat permet de soutenir les liens sociaux, de lutter contre l’isolement, contre le repli sur soi, ce qui est extrêmement important pour la santé dans son ensemble, en particulier chez les seniors. » Mais pas seulement : d’autres études ont montré que les étudiants tiraient eux aussi un réel bénéfice de ces activités d’entraide, avec de meilleurs paramètres cardiovasculaires.

Voir aussi l'article : Donner son temps, c'est aussi en gagner

Source: Psychology and Aging (http://www.apa.org/pubs/jou)
publié le : 25/08/2013 , mis à jour le 06/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci