ad

Il faut laisser parler ses émotions !

Dernière mise à jour: juillet 2013 | 4236 visites
123-p-vr-boos-schreeuw-170-7.jpg

news Le fait d’exprimer ses émotions intenses freine l’emballement cardiaque typique dans ces situations.

La réponse émotionnelle est à la fois d’ordre psychologique et physique. Une émotion forte se traduit par une augmentation de la fréquence et du débit du cœur. Ce phénomène ne présente pas de risques lorsqu’il se produit de temps à autre. Par contre, un stress cardiaque répété, chronique, peut poser problème. Ceux qui y sont exposés doivent donc apprendre à gérer ces moments, et en particulier à ne pas intérioriser leurs émotions, à ne pas les ruminer. Il faut les évacuer.

La colère et la honte


Des chercheurs américains (université Carnegie Mellon et université de Californie) ont procédé à une expérience très instructive. Des volontaires ont été invités à réaliser des exercices de mathématiques assez difficiles, corrigés par des assistants formés à déclencher des sentiments soit de colère, soit de honte.

A la fin de la séance, les participants ont été répartis en deux groupes, selon qu’ils avaient à remplir un questionnaire par lequel ils pouvaient exprimer leur état émotionnel (notamment, donc, la colère) ou un questionnaire neutre. Le rythme cardiaque de chacun a été mesuré. Le résultat montre que le fait d’avoir pu se lâcher, de manière finalement très simple, se traduit par une augmentation plus faible de la fréquence et du débit cardiaques. Cela calme, pour le dire autrement.

Au quotidien, lorsque des émotions de ce type nous envahissent, il est bon de les exprimer, en se confiant à quelqu’un ou, pour s’inspirer de ce qui précède, en les couchant sur papier. La tête et le cœur s’en porteront mieux.

Voir aussi l'article : Pour votre bien, lâchez-vous de temps en temps

Source: PLoS One (www.plosone.org)
publié le : 12/07/2013 , mis à jour le 11/07/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci