Cancer du sein : quelle place pour la réflexologie plantaire ?

Dernière mise à jour: janvier 2013 | 14758 visites
123-p-voet-reflexologie-170-1.jpg

news La réflexologie plantaire peut-elle trouver une place dans la prise en charge complémentaire des patientes traitées pour un cancer du sein ?

Ces travaux ont été conduits à l’initiative du National Cancer Institute (NCI), un organisme fédéral américain de recherche sur le cancer. « C’est la première étude à grande échelle et randomisée menée sur la réflexologie du pied, évaluée en tant que complément au traitement standard du cancer du sein », précise le Dr Béatrice Vuaille (Le Quotidien du Médecin).

Rappelons que la réflexologie se fonde sur la notion que la stimulation de points précis du pied peut améliorer le fonctionnement d’organes correspondants. Quelque quatre cents femmes, qui devaient subir une chimiothérapie ou une hormonothérapie, ont été intégrées dans cette étude, coordonnée par une équipe de l’université d’Etat du Michigan (College of Nursing). Elles ont été réparties en trois groupes, de manière aléatoire : prise en charge par un réflexologue professionnel, massage général du pied ou aucune intervention plantaire.

Une première étape

Les résultats, poursuit le Dr Béatrice Vuaille, montrent une fréquence moindre de dyspnées (difficultés respiratoires potentiellement très invalidantes) dans le groupe réflexologie ; sachant que cette amélioration de la fonction ventilatoire s’est traduite par de meilleures performances dans les tâches quotidiennes, comme se vêtir, monter les escaliers ou aller faire les courses. L’effet de la réflexologie a été évalué à cinq semaines et à onze semaines.

Selon le Pr Gwen Wyatt, auteur principal de cette étude, ce bénéfice « paraît être principalement physique et non psychologique », car le symptôme amélioré est la dyspnée et non l’anxiété ou la dépression, comme on aurait pu s’y attendre, commente à son tour le Dr Vuaille. « C’est une première étape dans la voie de l’adjonction d’une approche de complément aux traitements standards », conclut (avec prudence) le Pr Wyatt.


publié le : 27/01/2013 , mis à jour le 26/01/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci