ad

Comment bien choisir son matelas, son sommier et son oreiller

Dernière mise à jour: août 2015 | 14513 visites
Dans cet article
Comment bien choisir son matelas, son sommier et son oreiller

dossier Le choix du matelas, du sommier et de l'oreiller doit tenir compte d'une série d'éléments importants. Suivez le guide.

Pour un repos réparateur, le corps doit être à la fois relaxé et détendu, tout en étant maintenu dans une position qui respecte la structure dorsale.

Sur le côté, la colonne vertébrale doit rester droite. Sur le dos, la cambrure naturelle en S doit être préservée. Plus le matelas est dur, plus il résistera à la compression et à l'enfoncement. La dureté détermine la pression que subissent durant le sommeil la nuque, les omoplates, les lombaires et le bassin.

Ceci étant, un matelas trop dur peut causer des gênes et des douleurs musculaires qui conduisent à changer régulièrement de position au cours de la nuit. Il est donc nécessaire de trouver un juste équilibre.

Voir aussi l'article : Comment faire pour mieux dormir

Les qualités d'un bon matelas

vr-slapen-170-400_03.jpg
Pour assurer de manière optimale sa fonction de soutien, le matelas doit présenter une certaine élasticité, afin que les pressions soient bien réparties sur l'ensemble du corps. Il doit également pouvoir absorber la transpiration et assurer son élimination par évaporation. La fabrication du matelas intègre des matériaux divers, comme la mousse de caoutchouc ou la mousse polyéther.

Avant d'acheter un matelas, testez sa souplesse, sa résistance, sa tenue, son soutien pour le dos en vous couchant dessus. Plus l'enfoncement des épaules et du bassin sera important, plus le matelas sera adapté pour maintenir la colonne vertébrale droite (position sur le côté) ou pour soutenir la courbure en S (sur le dos).

Un matelas trop mou laissera le corps s'affaisser, avec un risque de douleurs dorsales. Un matelas trop dur peut s'accompagner d'une trop grande pression sur un certain nombre de points de tension, avec des douleurs musculaires et articulaires.

Quel sommier ?

Le sommier est responsable de la bonne tenue du matelas et donc du dos.

Le sommier à lattes. Le corps est bien soutenu et les mouvements sont correctement absorbés.
Le lit à eau : avec sommier et matelas deux en un. Il comble bien les courbures et offre un excellent support.
Le sommier à ressorts présente une bonne résistance aux tensions, surtout à hauteur des épaules et du bassin. On peut l'utiliser avec n'importe quel type de matelas, ce qui est très appréciable, tout comme sa capacité à réguler la transpiration.
Le sommier à spirales en fils d'acier tressé forme une sorte de hamac. La configuration en treillis soutient mieux que celle en spirales, qui laisse davantage le bassin s'enfoncer, ce qui peut contraindre la colonne vertébrale à se cambrer (avec des risques de mal de dos).
La planche et les lattes rigides. Le matelas doit assurer le soutien. Le corps doit s'y prêter et s'y adapter, mais cela ne va pas tout seul.

Quel oreiller pour quelle position ?

senior-slapen-170_400_03.jpg
Voici quelques conseils selon la position privilégiée adoptée pendant le sommeil.

1°. Sur le dos

Dans cette position, le sommeil est paisible et le dormeur bouge peu. Très confortable, elle induit une excellente qualité de sommeil.

• Le poids est mieux réparti sur l’ensemble du corps.
• La position de la colonne vertébrale est plus naturelle.
• Il n’y a pas trop de contraintes anatomiques sur le dos et le cou.
• Mais sans oreiller, la tête tire vers l’arrière et le cou est fragilisé.

Les conseils

• Un oreiller plus bas que si vous dormiez sur le côté : oreiller médium et mi-haut pour que votre colonne reprenne position et que vos muscles se détendent.
• Assez ferme pour que tête, épaules et cou soient soutenus efficacement.
• Assez souple pour permettre un enfoncement suffisant de la tête et favoriser une légère élongation de la colonne cervicale, propice à l’ouverture des voies aériennes.

2°- Sur le côté

Cette position est la plus répandue.

L’endormissement se fait sur le côté, de même que la phase de sommeil profond. Au delà, les changements de position sont fréquents et le sommeil plutôt agité.

L’oreiller permet de combler le fossé existant entre la nuque et le matelas. Il maintient votre tête et vos vertèbres cervicales et assure leur alignement, garantissant à votre dos une position naturelle.

Les conseils

Pour que l’alignement de vos vertèbres soit parfait, l’oreiller doit réunir trois qualités.

• Haut pour combler l’espace situé entre la tête et le matelas. Pour choisir, vérifiez :
- la largeur des épaules : plus les épaules sont larges, plus l’oreiller doit être élevé.
- l’élasticité du matelas : plus votre matelas est ferme, moins votre corps s’enfonce et plus l’oreiller doit être haut.
• Ferme pour que l’oreiller ne s’affaisse pas sous le poids de la tête et compromette cet indispensable alignement
• Avec une forme appropriée, qui épouse la courbe de la tête et du cou pour optimiser votre position de sommeil et la conserver toute la nuit.

3°- Sur le ventre

C’est l’une des positions les moins paisibles, impliquant des changements assez fréquents.

• Elle augmente la courbure du dos, ce qui endommage à la fois les cervicales et les lombaires et cause un effet de coincement dans le bas du dos.
• Cou et tête pivotent pour ne pas gêner la respiration, ce qui génère des tensions néfastes.
• Elle pousse le contenu abdominal vers la cage thoracique et les poumons, gênant la respiration.
• Elle entraîne parfois une compression des nerfs, un déséquilibre et des douleurs musculaires.

Les conseils

L’oreiller doit être le plus bas possible, souple, plat et peu volumineux. De cette manière la tête reste dans le prolongement naturel de la colonne vertébrale. Votre nuque n’étant plus victime de la dénivelée, vos vertèbres cervicales sont préservées et les muscles du cou se relaxent.

Voir aussi l'article : Mauvais sommeil : attention aux somnifères


publié le : 21/03/2013 , mis à jour le 08/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci