ad

Les jonquilles pour soigner le cerveau

Dernière mise à jour: octobre 2012 | 4567 visites
bloemen-narcis-geel-paasl-170_09.jpg

news Permettre aux médicaments de pénétrer plus efficacement dans le cerveau : c’est le potentiel que recèleraient certaines espèces de jonquilles.

Des jonquilles africaines, en fait, dont les propriétés sont explorées par ces chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark). Leur cible : la barrière hémato-encéphalique, une structure protectrice du cerveau. Son rôle est crucial, puisqu’elle fait barrage aux agents pathogènes et aux toxines. Le problème, c’est qu’elle fait aussi écran aux substances médicamenteuses, ce qui complique considérablement le traitement d’un grand nombre de maladies neurologiques.

Objectif, donc : trouver un moyen de « percer » cette barrière, afin que les médicaments puissent agir (beaucoup) plus efficacement. Et c’est là qu’intervient la jonquille. Les spécialistes danois ont en effet découvert que certaines espèces recelaient des composés capables de s’introduire « clandestinement » à travers cette barrière, en inhibant l’activité des lignes de défense. Cette découverte pourrait permettre de développer de nouvelles stratégies médicamenteuses, mais ce ne sera pas pour tout de suite. En tout cas, la piste est dégagée.

Ces travaux ont été publiés dans le « Journal of Pharmacy and Pharmacology ».


publié le : 23/10/2012 , mis à jour le 22/10/2012
ad
pub