Nourrir son chat : pâtée ou croquettes ?

Dernière mise à jour: août 2015
Dans cet article
Nourrir son chat : pâtée ou croquettes ?

dossier Alimentation en boîte ou sous forme de croquettes : l’une et l’autre présentent des avantages. Sauf situation particulière, l’idéal consiste à alterner.

Il est important, d’abord, de garder à l’esprit qu’un chat habitué dès son plus jeune âge à un certain type d’alimentation rechignera (beaucoup) à en changer. S’il a goûté à la pâtée, il ne sera pas facile de le faire passer aux croquettes. Et il est parfaitement envisageable de nourrir un chat toute sa vie avec des croquettes, pour autant que l’on commence très tôt.

Les croquettes

123-dieren-2katten-eten-korrels-voed-200_08.jpg
Le chat apprécie leur texture, leur densité : il aime les croquer. Du même coup, le fait de mastiquer présente un intérêt pour sa santé bucco-dentaire, et en particulier dans la lutte contre la formation des dépôts de tartre, alors que la circulation sanguine est plus soutenue dans les gencives. Dans cet ordre d’idées, l’haleine d’un chat nourri avec des croquettes est bien souvent plus agréable que celle d’un animal alimenté avec de la pâtée.

Les croquettes peuvent être achetées en quantités importantes, puisqu’elles se conservent très longtemps et à température ambiante, ce qui n’est pas négligeable sur un plan pratique. Elles ne nécessitent aucune manipulation particulière, et sont faciles à doser, en fonction des caractéristiques du chat (âge, corpulence, stérilisé ou non…).

Sur un plan nutritionnel, elles contiennent tous les nutriments nécessaires. Par contre, elles sont particulièrement pauvres en eau (10%). Ceci est lié au processus de fabrication : les techniques de mélange et de « compression » des divers composants (viande, poisson, céréales, œufs, suppléments vitaminiques…) interviennent à des températures très élevées, avec un phénomène d’évaporation. Des arômes ajoutés enrichissent le goût.
Lorsque le chat est (exclusivement ou en grande partie) nourri avec des croquettes, il est indispensable de lui proposer en permanence de l’eau fraîche et propre, et s’assurer qu’il s’hydrate convenablement. S’il ne boit pas à suffisance, il risque de développer des troubles urinaires.

La nourriture en conserve

Contrairement aux croquettes, la pâtée est riche en eau (80%). Ce qui signifie que pour atteindre le même apport nutritionnel, la quantité à ingérer doit être largement supérieure : à titre d’exemple (il s’agit d’une moyenne), il faut 250 g de pâtée par jour pour un chat de cinq kilos, contre 70 g de croquettes. Si l’animal présente une digestion délicate, ceci peut poser problème.

Le très gros avantage de la pâtée repose donc sur sa concentration en eau ; précieuse dans le cas d’un chat qui rechigne à boire et/ou est sensible aux soucis urinaires. Ceci n’empêchera évidemment pas de lui proposer de l’eau en permanence.

Contrairement aux croquettes, la boîte doit être conservée au réfrigérateur, pendant une durée limitée (au risque, sinon, de « tourner »). En ajoutant que le chat n’apprécie pas vraiment une nourriture trop froide : on laissera donc la pâtée se réchauffer un peu. A partir de ce moment-là, un chat difficile préférera ce mode d’alimentation, disons plus goûteux, plus savoureux que les croquettes.

Les croquettes et la pâtée

En fait, elles sont complémentaires. Un peu de pâtée en plus des croquettes, c’est l’approche idéale (on n’oubliera pas de mentionner, d’ailleurs, l’aspect financier). En s’assurant que la gamelle soit toujours fournie (sans dépasser les quantités quotidiennes recommandées), afin que le chat puisse manger au rythme qui lui convient le mieux. C’est l’une des clés d’une alimentation réussie.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.