Contre les verrues : ne rien faire, c’est bien aussi ?

Dernière mise à jour: mai 2012 | 7477 visites
wrat-vinger_170_01.jpg

news Le point sur les traitements contre les verrues : la guérison spontanée est fréquente, mais il faut patienter... longtemps.

« Les verrues cutanées communes et les verrues plantaires sont des infections de l’épiderme causées par des papillomavirus », rappelle la revue « Prescrire ». « Elles sont fréquentes et sans gravité. La moitié des verrues communes disparaissent en un an, 75% en deux ans. Les verrues plantaires disparaissent aussi spontanément, mais plus lentement. » Des traitements peuvent être proposés lorsque la verrue est gênante, douloureuse, exposée à des traumatismes ou surinfectée. Deux recours sont alors privilégiés : l’application d’acide salicylique et la cryothérapie (froid).

Cryothérapie : les effets indésirables les plus fréquents

« Prescrire » fait référence à un essai clinique réalisé auprès de 250 patients, âgés de 4 à 79 ans. La moitié étaient atteints de verrues plantaires, les autres de verrues communes (qui peuvent être localisées sur presque toutes les régions du corps). Trois types de prise en charge ont été comparés : cryothérapie, vaseline salicylée et abstention thérapeutique (aucun traitement). Globalement, « 69% des patients traités par cryothérapie se sont déclarés satisfaits, contre 24% des patients traités par vaseline salicylée et 22% des patients sans traitement », indique « Prescrire ».

Qui ajoute, cependant : « Dans le sous-groupe des patients ayant des verrues plantaires, les taux de guérison et la satisfaction des patients ont été similaires dans les trois groupes. La guérison a été observée en treize mois chez la moitié des enfants âgés de 4 à 12 ans, contre 5% seulement des enfants de plus de 12 ans ».

Les effets indésirables les plus fréquents sont à attribuer à la cryothérapie : douleurs, irritations, brûlures, cicatrices ou encore troubles de la pigmentation. « Prescrire » rappelle enfin que « l’acide salicylique et la cryothérapie sont à éviter chez les patients diabétiques, et ceux atteints de neuropathie ou d’artérite ».


publié le : 16/02/2012 , mis à jour le 15/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci