Les solutions contre l'acné

Dernière mise à jour: août 2015 | 10305 visites

dossier Les adolescents sont touchés à 85% par l'acné, qui affecte également une proportion importante de femmes après un accouchement (acné néonatale), alors que de plus en plus de cas de femmes souffrent d'acné persistante à l'âge adulte.

L'acné, c'est quoi ?

jongen-acne_170_400_06.jpg
L'acné est une affection chronique des follicules pilo-sébacés des régions séborrhéiques. Elle concerne à 99% sur le visage (front, menton, nez et joues), ainsi que le dos (60%) et et la poitrine (15%).

L'acné apparaît généralement à la puberté et s'estompe vers 18-20 ans, mais elle peut parfois persister. Elle débute généralement plus tôt chez les filles que chez les garçons. La peau des garçons étant 25% plus épaisse, elle résistera donc mieux aux traitements.

L’acné fluctue en fonction du sexe, de la saison, de l’état général (stress, pollution, variations hormonales...), de l’âge et de l’humidité extérieure.

De nombreux traitements, qu'ils soient oraux ou locaux, permettent de réduire les manifestations cutanées et les cicatrices. Le laser donne de bons résultats, surtout en ce qui concerne les cicatrices.

L'acné peut engendrer d'importantes répercussions psychologiques, émotionnelles, affectives, et être à l'origine d'un isolement social. Une psychothérapie devra parfois être envisagée.

Les conseils de base

• Ne pas percer ni gratter les boutons.

• Ne pas utiliser de tire-comédons pour retirer les points noirs sous peine d’avoir des cicatrices.

• Ne pas s‘exposer au soleil sans une protection solaire hypoallergénique et non-comédogène (écran total).

• L’alimentation n’influencerait pas l’apparition d’acné, mais évitez néanmoins les aliments surgras, les friandises, les charcuteries et les snacks très gras.

Nettoyez la peau matin et soir avec un gel moussant spécifique, un savon surgras (évitez les agents irritants).

• Utilisez un démaquillant pas trop gras, idéalement une eau micellaire.

• Les gels et laques capillaires peuvent donner de l’acné sur le front.

• Préférez des produits de maquillage hypoallergéniques et non-comédogènes, sans parabens et particulièrement adaptés aux peaux sensibles.

Lavez-vous les mains avant tout nettoyage ou application d’un produit sur la peau, car elles sont porteuses de bactéries et d’impuretés.

Les traitements locaux

acne-170_01.jpg
• Produit nettoyant doux matin/soir adapté aux peaux acnéiques ou sensibles : gel, savon, lotion, crème nettoyante, pain dermatologique, eau micellaire.

• La vitamine A Acide (dérivé Trétinoïne) en solution à 0,05% à appliquer le soir. Une crème peut être mieux tolérée.

• Lotions desséchantes astringentes qui renferment de faibles concentrations d’acide salicylique.

• Le peroxyde de benzoyl (Benzac 5 ou 10, Acnidazil, Panoxyl, Pangel, etc.).

• Les antibiotiques locaux: erythromycine à 2% (Stimycine), à 4% en solution (Zineryt) ou la clindamycine.

• L’acide azélaïque en crème à 20% pour les acnés modérées.

• Gamme de crèmes adoucissantes, hydratantes, de gommages, de masques, de lotions et/ou de gels purifiants, de crèmes teintées, de make-up de "camouflage" ou dit de couvrance spécifiques, sans oublier des sérums ou lotions pour matifier la peau et resserrer les pores. Certains laboratoires dermocosmétiques proposent des sticks asséchants colorés ou non à appliquer sur les boutons disgracieux.

Les traitements systémiques

• Isotrétinoïne à 0,5 mg/kg/jour durant les premières semaines pour les acnés sévères, kystiques ou conglobata (puis réduction de la concentration).

• Antibiothérapie générale : doses élevées de minocycline (Mino - 100 à 150 mg/jour au début, puis doses réduites), Tétracycline 1 g/jour au début puis 250 mg/jour, Erythromycine et Clindomycine (Dalacin).

• Hormonothérapie : Diane 35 (par exemple), pilule contraceptive associant acétate de cyprotérone et éthinyl-oestradiol.

Attention à l'utilisation de solutions locales à base d'antibiotiques ou d'alcool.


publié le : 02/02/2012 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci