Comment limiter le risque d'endométriose ?

Dernière mise à jour: mai 2017 | 1282 visites
123-buik-pijn-constipatie-12-5.jpg

conseil On ignore comment apparaît l’endométriose. Il semble qu'elle repose sur une combinaison de facteurs : génétiques, hormonaux, certaines anomalies génitales, une immunité défaillante… Que peut-on faire pour limiter les risques ?

Il n'existe pas de moyen de prévention de l’endométriose. En cas de fortes douleurs menstruelles, il est important d'en parler à son médecin généraliste ou à son gynécologue afin qu'il procède à des examens approfondis. Une femme qui n'arrive pas à tomber enceinte après une période d'un an doit consulter un spécialiste, car cette incapacité à féconder pourrait être associée à une endométriose.

Une alimentation saine et équilibrée et l’exercice physique régulier peuvent également contribuer à prévenir la maladie, son aggravation ou une récidive.

L’exercice physique. Les femmes qui pratiquent une activité physique une à deux heures par semaine (jogging, vélo, natation...) courent deux fois moins de risques de souffrir d’endométriose par rapport aux sédentaires. Les femmes présentant une endométriose trouveront également des avantages à faire de l’exercice régulièrement.

L'alimentation. Le surpoids (surtout l'obésité) constitue un facteur de risque d'endométriose.

L'alimentation joue probablement un rôle dans le développement et la sévérité de l’endométriose. Jusqu’à présent, il existe relativement peu d'études pour le confirmer formellement, mais une nourriture moins riche en acides gras trans et moins de viande (rouge), beaucoup de fruits, de légumes et d'oméga-3 (qu’on trouve dans les poissons gras) peut limiter le degré de gravité de l’endométriose.

La pilule contraceptive pourrait diminuer le risque d’endométriose et la sévérité des symptômes.

Ce qui ne provoque pas l’endométriose

Il est certain que l’endométriose n’est ni contagieuse, ni sexuellement transmissible.

Certains facteurs sont parfois mis en cause sans fondement (pour ce qui concerne l'endométriose...).

• les douches vaginales
• les MST (chlamydiose, gonorrhée...)
• le tabagisme
• l'IVG

Voir aussi l'article : Vidéo - Que faut-il savoir sur l'endométriose ?


publié le : 19/05/2017 , mis à jour le 18/05/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
passionSanté.be sur Facebook

pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: