Myopie : plus de lumière et de légumes !

Dernière mise à jour: février 2017 | 2496 visites

news La myopie connaît une progression exponentielle à travers le monde : il se confirme que le manque d’exposition à la lumière naturelle joue un rôle clé dans ce phénomène.

Cette hypothèse a déjà été avancée à plusieurs reprises, sachant que les études avaient porté sur des populations - relativement - jeunes. Une équipe britannique (London School of Hygiene) a mené l’enquête aux quatre coins de l’Europe, auprès de quelque 3.000 seniors. Les chercheurs ont évalué la vision et ses troubles, le mode de vie et les antécédents médicaux, et procédé à des dosages sanguins, afin de mettre en évidence les différences les plus significatives entre les myopes et ceux qui ne l’étaient pas.

Chou, brocoli, épinard...


Les résultats, relayés par Le Figaro, montrent qu’une exposition annuelle importante aux ultraviolets B (UVB), directement liée au temps passé dehors et à l’exposition au soleil, surtout avant l’âge de 30 ans, est associée à une réduction significative du risque de myopie. En parallèle, une augmentation du risque est observée avec l’allongement des études. Les spécialistes n’ont pas observé de corrélation entre la myopie et le taux sanguin de vitamine D, par contre c’est le cas avec le taux de lutéine. On retrouve ce pigment antioxydant en haute concentration dans les légumes verts foncés comme le chou et l'épinard, ainsi que dans la courge, le brocoli, le pois vert ou le maïs. Ce caroténoïde exercerait un effet protecteur en filtrant la lumière et en réduisant l’impact des radicaux libres sur la rétine. Son éventuel bénéfice préventif contre la myopie doit être mieux évalué, sachant que les dosages sanguins réalisés lors de cette étude l’ont été à un moment X, et on ne sait pas si les apports ont été élevés et constants tout au long de l’existence.

En tout cas, sur base de leurs observations, les chercheurs estiment que le fait de beaucoup s’exposer à la lumière naturelle pendant l’enfant et l’adolescence peut contribuer à réduire le risque de myopie (néanmoins influencé par d’autres facteurs, notamment génétiques), et qu’il n’est certainement pas inutile d’enrichir ses repas d’aliments riches en lutéine, qui ne peuvent pas faire de tort.

Source: JAMA Ophtalmology (http://archopht.jamanetwork.com/journal.aspx)
publié le : 12/02/2017 , mis à jour le 11/02/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
passionSanté.be sur Facebook

pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: