Dépression post-partum : les symptômes d'alerte

Dernière mise à jour: décembre 2016 | 2110 visites
vr-moe-baby-postnat-depr-170_400_08.jpg

conseil Il est normal de pleurer plus que d’habitude après l’accouchement. Cette morosité affecte la grande majorité des femmes, survient le plus souvent entre le 3ème et le 10ème jour après l’accouchement et dans la plupart des cas, elle disparaît spontanément en quelques jours.

Mais chez environ 10 à 20% des mamans, cette humeur sombre persiste et s'aggrave. Le proverbial nuage rose devient un nuage de plomb et on parle de dépression post-natale ou post-partum. Cet état peut mettre en danger le développement de la relation mère - enfant et il semble même que l'enfant d’une maman ayant souffert de cette forme de dépression risque plus que les autres de souffrir plus tard de problèmes d'ordre psychiatrique.

Une dépression post-natale débute habituellement dans les 6 semaines après l’accouchement et présente des similitudes avec les autres formes de dépression. Parfois, les symptômes commencent quand la maman arrête l’allaitement ou reprend le travail. Elle peut aussi survenir après une fausse couche ou un avortement et toucher le partenaire. Les symptômes dépressifs ne sont souvent pas reconnus durant la grossesse et après l’accouchement, ni par la femme concernée, ni par son entourage, en grande partie parce qu’ils peuvent ressembler à des symptômes ressentis pendant la grossesse et de la période juste après la grossesse.

Les signes

• morosité et pensées pessimistes
• manque d’intérêt et d’initiative
• manque de plaisir à vivre avec l’enfant
• pas d’instinct maternel protecteur ou, au contraire, surprotection de l’enfant
• fatigue extrême et apathie
• crises de larmes
• irritabilité et explosions d’agressivité
• problèmes de concentration, confusion, oublis
• insomnie ou, au contraire, besoin extrême de sommeil
• manque d’appétit ou, au contraire, excès d’appétit
• faible estime de soi
• sentiment de vide intérieur
• sentiment d’impuissance, d’inutilité, de désespoir, de culpabilité, angoisse et forte tendance à s’inquiéter
• symptômes plus généraux comme des maux de tête, des étourdissements et des nausées
• difficultés à effectuer des tâches quotidiennes
• pensées morbides et suicidaires
• crainte de faire quelque chose de mal en s’occupant du bébé

Afin d’éviter que ces symptômes s’installent sur le long terme, il est important de les reconnaître le plus rapidement possible et d’intervenir aussi tôt que possible. Non traitée, la dépression port-partum peut durer des années...


publié le : 14/12/2016 , mis à jour le 13/12/2016

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: