Smartphone : quel lien avec la dépression et les troubles du sommeil ?

Dernière mise à jour: janvier 2016 | 3418 visites
123-vr-gsm-smartphone-bed-170-4.jpg

news L’intensité de l’utilisation du smartphone, parfois jusqu’à l’addiction, est associée à la qualité du sommeil, au risque de dépression et à l’anxiété.

Si de nombreuses études ont été réalisées sur les conséquences d’un usage excessif du smartphone, il s’agirait de la première à établir un lien aussi fort avec ces trois problèmes. Des chercheurs ont abouti à ce constat en examinant les caractéristiques de jeunes adultes (21 ans en moyenne) faibles, moyens ou forts utilisateurs du smartphone. Le sommeil, l’anxiété et la dépression ont été analysés à la lumière des scores obtenus sur une échelle d’addiction.

Les résultats montrent qu’un usage intensif du smartphone influence négativement, et de manière significative, ces trois paramètres. Trouble dépressif et anxieux, fatigue pendant la journée, mauvaise qualité subjective et objective du sommeil… : tous ces éléments sont impactés. Il s’agit d’un cercle vicieux, observe le Dr Claire Lewandowski (Journal international de médecine) : « Des degrés plus élevés d’utilisation du smartphone et une mauvaise qualité du sommeil prédisent la dépression et l’anxiété, qui altèrent à leur tour la qualité du sommeil ».

Les femmes et les plus jeunes semblent plus vulnérables à une forte utilisation, voire à l’addiction, et ainsi aux problèmes que cela engendre. « Les auteurs attirent l’attention des professionnels sur le dépistage de ce trouble en cas de scores élevés de dépression et d’anxiété, avec des problèmes de sommeil qui peuvent être importants et entretenus par une utilisation élevée du smartphone ».

Source: Journal of Behavioral Addictions (http://akkrt.hu/74/journals)
publié le : 17/01/2016

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub
x

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter: