print | 3231 visites

Mauvais sommeil : le lendemain, c'est dur de se concentrer

Mauvais sommeil : le lendemain, c'est dur de se concentrer

Non seulement les nuits d’insomnie ne permettent pas de récupérer convenablement, mais en plus, elles imposent une fatigue supplémentaire au cerveau durant la journée qui suit.

« Les personnes qui souffrent d’insomnie se bagarrent la nuit pour trouver le sommeil, et cela a des conséquences sur la vie diurne : allongement du temps de réaction, perturbation de la fonction de mémorisation et de rappel des souvenirs… », explique le Dr Sean Drummond, de l’université de Californie (San Diego), cité par Le Quotidien du Médecin.

Son équipe s’est intéressée à la mémoire de travail, c’est-à-dire celle qui gère le traitement et le maintien des informations à court terme. Une (petite) défaillance, liée par exemple à un coup de fatigue, peut conduire à des situations que nous connaissons tous : ne pas retenir un numéro de téléphone le temps de le composer, perdre le fil d’une conservation, se rendre dans une pièce et oublier ce qu’on venait y faire… L’âge avançant ainsi que des causes pathologiques peuvent considérablement perturber cette fonction. Et donc, nous disent les spécialistes américains, un sommeil de mauvaise qualité l’impacte également.

La menace du cercle vicieux


En observant l’activité cérébrale d’un groupe d’insomniaques et d’individus sans souci sur ce plan, ils ont constaté que les uns et les autres obtenaient des résultats similaires lors de tests sollicitant la mémoire de travail, mais avec une différence notable : les insomniaques doivent fournir davantage d’efforts de concentration, parce que les régions cérébrales impliquées dans ces processus ne s’activent pas au moment opportun et ne cessent pas de fonctionner lorsqu’elles le devraient.

Le cerveau ne « permute » pas bien, ces personnes rencontrent plus de difficultés à moduler ces mécanismes et doivent utiliser plus de ressources, sachant que celles-ci s’épuisent alors plus rapidement. La fatigue s’ajoute à la fatigue, ce qui peut d’ailleurs conduire à un cercle vicieux : cette accumulation nuit à son tour à la qualité du sommeil.

publié le : 07-11-2013   |  mis à jour : 08-11-2013

Source: Sleep (www.journalsleep.org)

Vous avez trouvé cette information intéressante? Partagez-la:
print | 3231 visites

  plus sur:   problèmes psycho-somatiques     fatigue     connaissance     sommeil    

E-mail:
Nom:
anonyme : Masquez votre e-mail et votre nom :
Votre nom et votre e-mail n'apparaîtront pas avec votre réaction .
Sujet:
Message:
Retour au début de l'article »
passionSanté.be sur Facebook